Florent Mattéi

Né en 1970, il vit et travaille à Nice.

Le travail que construit Florent Mattei depuis une dizaine d’années ne se regarde pas avec passivité. Il invite, à travers des séries à priori très différentes, à dérouler ce fil conducteur, l’infrastructure de la pelote.
La pelote c’est une réflexion sur l’idéal de perfection profondément humain, la séduction impossible et dérisoire déployée dans la grammaire visuelle de l’art. Florent Mattei piège notre regard devenu stéréotypé et trop pressé en introduisant des accidents, des parasites dans ses images.
Alors l’absurde et le burlesque surgissent, restituant au spectateur le pouvoir de chercher, penser et rire enfin de nouveau.

Suzanne de Raucourt (extrait)

L’art de Florent Mattei est vivant par toutes les fuites narratives que ces images proposent. En ce sens, il porte depuis de nombreuses années un dépassement populaire de la représentation photographique dans l’échange avec le spectateur, appelé à « participer » à l’œuvre par une mise en abyme de l’artiste lui-même. Populaire aussi par ses références culturelles, musicales ou encore cinématographiques.
Julien Camy (extrait)

Florent Mattéi, Top of the pops, 2009-2010, vidéos. © Florent Mattéi.

Ce sont 10 portraits vidéo d’adolescents à qui il a été demandé de « s’auto-filmer » selon un protocole identique : ils sont chacun seuls dans leur chambre, camera fixe, et se mettent en scène avec plus ou moins de lâcher prise et de défoulement sur leur propre playlist musicale.
Chaque vidéo est présentée en plan séquence, l’idée de la performance, de l’aléatoire et de l’imperfection étant très présent dans ce travail.

Un jeune homme danse sur une sélection de chansons pendant 40 minutes. Chantant, mimant la guitare, dans sa minuscule chambre, au fil des minutes, le garçon expulse à lui seul toute cette tension portée par une génération. La cocotte minute est là. Palpable. La soupape est musicale, et cette danse, acte libérateur qui n’arrive jamais…
Julien Camy

###
Page de l’artiste sur le site de la galerie Espace A VENDRE.

Publicité
Cet article a été publié dans #3 - INTERLUDES, #5. Ajoutez ce permalien à vos favoris.