Masha Sha (Maria Sharafutdinova)

Née en 1982 en Russie, Masha Sha a reçu son diplôme du Pro Arte Institute (Saint-Petersbourg) en 2005 puis, de 2007 à 2009, a étudié à l’Université SUNY Buffalo, Media Department. Elle vit et travaille à Saint-Petersbourg. Elle est lauréate 2006 du prix « New Generation / jeune artiste », concours national d’art contemporain en Russie. Ses œuvres sont projetées dans de nombreuses expositions et festivals internationaux.

Masha Sha, Room, vidéo, 2008 (03:10). © Masha Sha.

Souvent brutales et violentes, toujours en noir et blanc, les vidéos de Masha Sha évoquent les performances de Marina Abramović dans lesquelles le corps féminin est volontairement le sujet d’expérimentations. Sans narration, les histoires Masha Sha sont sensorielles et émotionnelles. La vidéaste nous invite dans sa propre réalité, sans temps ni lieu identifiable, dans l’univers absurde et kafkaïen de la vie urbaine ou l’individu se heurte à l’absurdité, aux phobies, aux désirs et angoisses de sa propre existence.

« L’homme – c’est l’émotion, la sensualité, la sensibilité tactile, nos corps et l’envie de s’en débarrasser, la recherche éternelle de la vérité, le combat pour la liberté, la solitude, des relations complexes, le temps. Ma vidéo est une réflexion: ce qui se passe pour moi, en moi, sans moi. Que suis-je? »
Masha Sha

« La langue dans laquelle s’exprime la vidéaste Marie Sharafutdinova ne peut être comprise qu’à la condition que tous les processus de pensée pendant le visionnage de ses courtes (2-5 minutes) vidéos ne fonctionne pas. Ses images fascinent de manière inexplicable et offrent une expérience similaire à la psychothérapie où le spectateur est laissé seul avec ses propres expériences émotionnelles. »
Korolieva Tatyana (Королева Татьяна), article sur le site de la Fondation PRO ARTE.

Masha Sha, Interpretation, vidéo, 2005 (extrait). © Masha Sha.

Publicité
Cet article a été publié dans #1 - SELF, #3 - INTERLUDES. Ajoutez ce permalien à vos favoris.